Génétique, fibres musculaires et sports

Le but de cet article est de comprendre l’impact de notre génétique sur les attributs de nos fibres musculaires et de comprendre nos prédispositions sportives.

Qui suis-je ?

Ostéopathe à Pessac (33600)

Sportif régulier (4x/sem)

Je me suis souvent poser des questions :

  • Pourquoi ai-je du mal à prendre de la masse musculaire ?
  • Pourquoi ai-je du mal à conserver le muscle que je prends ?
  • Pourquoi les activités d’endurance me paraissent simples et naturelles alors que les activités de force et puissance me sont plus difficiles ?

Et ces questions sont légitimes lorsque, l’alimentation est adaptée, l’exercice physique organisé, le sommeil et le mental équilibré. Bien sur on peut toujours fournir plus d’efforts (au risque de se blesser), doubler voir tripler ses rations alimentaires et passer ses journées à la salle sportive. Mais on peut aussi essayer de comprendre sa nature et jouer avec les forces que la vie nous a donné !!

Ce que la génétique nous append :

J’ai eu la chance de participer au 1er Symposium Internationnal d’Ostéopathie du sport et Posturologie, dans lequel il y eu un intervenant très intéressant, l’ostéopathe et kinésithérapeute Osman Aydogdu, directeur du Genetic Trainer Europe, spécialiste en lésion musculo-aponévrotique.

Pour faire simple et court, la recherche en génétique à mise en évidence certains gènes qui définissent notre type de fibre musculaire. C’est-à-dire que dès la conception, dès l’embryogénèse, notre type de fibre musculaire est défini et définitif. Et on ne peut rien y faire !!

Ceci explique pourquoi certaines personnes prennent très facilement du muscle et d’autres sont capable de courir 100km. Mais alors comment adapter nos efforts physiques en fonction de nos caractéristiques naturelles ? Et bien dans l’idéal, il faudrait connaitre de quel gène nous somme fait. Puis organiser nos entrainements, notre récupération et notre alimentation en fonction de notre profil. C’est ce que font déjà la plupart des professionnels, mais que très peu d’amateurs ont conscience.

Pour ma part, lorsque je reçois un patient au cabinet qui a des douleurs ou des blessures chroniques, je commence d’abord par faire un bilan posturologique. Puis, j’évalue son hygiène de vie (alimentation, hydratation, entrainement, récupération, rythme de vie professionnel et personnel etc…) en fonction de son type génétique. Après cela, nous mettons des solutions en place ENSEMBLE, car l’investissement du patient est primordial !

Génétique et fibres musculaires :

Dans les tableaux ci-dessous, vous aurez un aperçu de ce que notre génétique ou plutôt nos gènes indiquent sur les caractéristiques de nos fibres musculaires. En gros, le type RX est considéré comme “équilibré”. Le type RR tend vers la force et l’explosivité. Et le type XX tend vers l’endurance.


Ce gène ACTN3 peut être associé avec :

Insertion homozygote I/I = activité de l’ECA (Enzyme de Conversion de l’Angiotensine) faible = augmentation de la capacité d’endurance

Délétion homozygote D/D = activité de l’ECA haute = travail de force et de vitesse

Mix hétérozygote D/I = activité de l’ECA moyenne = mix des 2 capacités


Conclusion :

J’espère que cette introduction à la génétique vous a éclairé sur certains points, et que cela vous aidera à mieux préparer vos entrainements, en fonction de votre type et de vos capacités, et non en fonction de ce que fait votre voisin 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.